Enquête de rémunération
internationale en TIC

TECHNOCompétences est heureux de vous présenter son étude sur la rémunération internationale, menée en collaboration avec le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO).

Cette étude compare la rémunération des travailleurs.ses en TIC dans 4 pays : le Canada (Québec), les États-Unis, le Royaume-Uni et la Suède.

Ces pays ont été choisis selon plusieurs facteurs, incluant la disponibilité des données, la similitude des économies, et la comparabilité des professions.

Nous vous présentons ici un aperçu des résultats obtenus.

Bonne lecture.

La méthodologie 
de travail

Sources

Les données utilisées proviennent d’organismes gouvernementaux pour les quatre pays étudiés.

Les données pour le Canada et le Québec ont été collectées auprès de Statistique Canada, dans l’Enquête sur la Population Active.

Pour les États-Unis, nous avons utilisé les données du Bureau of Labor Statistics (BLS), plus particulièrement Occupational Employment and Wage Statistics.

Pour le Royaume-Uni, les données proviennent du Office for National Statistics, de l’Annual Survey of Hours and Earnings.

Enfin, pour la Suède, elles proviennent de Statistics Sweden, du tableau Average salary and salary dispersion by sector occupation and sex.

Comparaison des métiers​

Un objectif principal de cette enquête est de pouvoir comparer la rémunération dans le secteur des TIC en général, mais aussi, en particulier, la rémunération de chaque profession du secteur.

Chaque organisme statistique utilise une taxonomie différente: au Canada, il s’agit de la Classification Nationale des Professions (CNP, NOC en anglais); aux États-Unis de la Standard Occupation Classification (SOC); au Royaume-Uni de la Standard Occupation Classification (SOC), qui, malgré le nom, est indépendante de la SOC américaine; et enfin, en Suède, de la Standard för svensk yrkesklassificering (SSYK).

Ces taxonomies sont bien entendu différentes, et les délimitations des professions ne sont pas les mêmes. Afin de pouvoir tout de même les comparer, nous avons, lorsqu’applicables, utilisé des tableaux de conversion et, lorsque non applicables, effectué des correspondances manuelles à partir des descriptions des professions.

La comparaison 
à d'autres pays

Lorsque l’on compare aux États-Unis, le constat est partiellement similaire, avec certaines professions pour lesquelles la rémunération est proche, notamment Développeurs et programmeurs Web, Ingénieurs électriciens et électroniciens, Agents de soutien aux utilisateurs et Technologues et techniciens en génie électrique et électronique. Pour d’autres, l’écart est beaucoup plus important, particulièrement Évaluateurs de systèmes informatiques et Gestionnaires de systèmes informatiques. Dans l’ensemble, les travailleurs en TIC aux États-Unis gagnent 45% de plus qu’au Québec et 38% de plus qu’au Canada (tableau 2). Ces résultats sont similaires à l’étude du Dais, qui ont, pour rappel, mesuré un écart de 46% entre le Canada et les États-Unis.

Lire la suite dans le document ci-dessous

Lorsque l’on compare la rémunération avec le Royaume-Uni, le constat est bien moins négatif : les travailleurs en TIC gagnent en moyenne 13% de plus au Québec que leurs homologues du Royaume-Uni, et 19% de plus au Canada qu’au Royaume-Uni. Une profession très large dans la taxonomie du Royaume-Uni, Programmers and software development professionals, est moins bien rémunérée que presque tous ses équivalents québécois : Développeurs et programmeurs de systèmes informatiques (-4%), Ingénieurs et concepteurs en logiciel (35%), Développeurs et programmeurs de logiciels (25%), Développeurs et programmeurs Web (3%) (tableau 3).

Lire la suite dans le document ci-dessous

En Suède, le constat est sensiblement similaire : les travailleurs en TIC gagnent 13% de plus au Québec, et 18% de plus au Canada. Comme au Royaume-Uni, la profession de Software- and system developers englobe plusieurs professions de la taxonomie canadienne. Les travailleurs de cette profession sont moins bien payés que presque tous leurs équivalents Québécois : Développeurs et programmeurs de systèmes informatiques (-4%), Ingénieurs et concepteurs en logiciel (30%), Développeurs et programmeurs de logiciels (25%), Ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs et concepteurs en logiciel) (43%), Développeurs et programmeurs Web (3%) (tableau 4).

Lire la suite dans le document ci-dessous

Accédez à l'intégralité 
de la publication

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Prenez part à l'Action en devenant membre

Que diriez-vous de devenir membre de TECHNOCompétences et contribuer à un leadership d’impact pour l’industrie des TIC et la faire rayonner ?

Rejoignez notre communauté et apportez votre expertise, votre expérience et vos at

Restez à l'affût des nouvelles en TIC. Inscrivez-vous à notre infolettre!