Professionnels TI : Comment tirer profit de l’automatisation de vos tâches ?

Le marché du travail change et l'automatisation a la belle part dans ce contexte. Bien que tout le monde s'accorde sur la part grandissante de l’automatisation, notre perception est teintée tantôt d’optimisme, tantôt de crainte. Le minimum qu’on puisse dire est que le progrès permis par l’automatisation bouleverse les rôles que nous assumons dans nos métiers. 

Les métiers en technologies de l’information (TI) n’y font pas exception. Forrester prévoit que d’ici 2025, des technologies telles que les robots, l’intelligence artificielle (IA), l’apprentissage automatique et l’automatisation remplaceront 7% (ou 22,7 millions) des emplois aux États-Unis. Il ne s’agira pas uniquement d’emplois manuels qui opéreront des machines d’usine. Toute carrière avec des tâches répétitives est prête pour l’automatisation. De nombreux emplois en informatique correspondent à cette description. Au fur et à mesure que les robots prendront place, il sera de plus en plus difficile de justifier les dépenses consacrées aux effectifs de ces services informatiques.

La bonne nouvelle? L’IA et l’automatisation élimineront les tâches les plus banales, ce qui permettra de penser de manière plus stratégique.

Deux questions émergent : 1) À l’heure actuelle, comment les professionnels en TI perçoivent l’automatisation de leurs tâches ? ; 2) Comment assurer son développement professionnel dans ce contexte ?

La perception du degré d’automatisation dans les métiers TI

O*NET, le système américain d’information sur les professions, procure des informations variées sur les emplois, notamment les tâches, les conditions d’accès à la profession, les perspectives d’avenir et le contexte de travail.  O*NET a d’ailleurs interrogé des professionnels en TI sur leur perception quant à l’automatisation de leurs tâches.

Pourcentage (%) de professionnels en TI  percevant leur travail actuel comme étant « hautement automatisé »

Pour plus de détails sur le graphique, veuillez consulter la notice méthodologique à la fin de l’article.

Les analystes de bases de données interrogés sont ceux qui estiment leurs tâches comme étant les plus automatisables. Ceci n’est pas surprenant, étant donné que leurs tâches sont structurées, relativement répétitives et facilement programmables. Curieusement, les postes de direction arrivent en deuxième position. Les tâches de coordination et de gestion de projet seront sans doute automatisées plus rapidement que le côté humain de la gestion et direction d’une équipe. Enfin, les concepteurs et développeurs Web sont ceux qui estiment leur travail le moins automatisable, ce qui est également surprenant. À l’instar des analystes de bases de données et administrateurs de données, une bonne partie de leurs tâches est structurée et programmable. La différence notable ici est le côté créatif présent dans les tâches de ces métiers.

Quoi qu’il en soit, comment vous assurer d’être toujours actuel avec l’automatisation ? Comment pouvez-vous développer vos compétences pour rester pertinent, mobile, évolutif ?

Tout d’abord, ne résistez pas à l’automatisation, adoptez-la

L’IA est déjà en train de changer les emplois en TI. Les robots peuvent répondre aux questions et diriger les utilisateurs vers des FAQ et autres ressources. Une enquête récente commandée par la compagnie Atlassian a révélé que 76% pensent qu’au moins « une partie » de leur travail pourrait être effectuée par un périphérique robotisé ou un algorithme.

Puisque le changement est inévitable, pourquoi ne pas jouer un rôle actif dans celui-ci ? Vous pouvez travailler au développement de compétences qui seront très demandées dans le futur – par exemple, évaluer un problème et trouver le meilleur moyen technologique de le résoudre. En bref, ne vous inquiétez pas du travail qui va changer: concentrez-vous sur l’opportunité offerte par l’automatisation et pensez aux compétence pour pouvoir la saisir.

Cela veut aussi dire que vous devez faire en sorte que l’IA travaille pour vous, et non contre vous. Au lieu de lutter contre l’inévitable, aidez à inaugurer l’ère des systèmes intelligents. Établissez des relations humaines, plongez dans les difficultés et les processus de votre entreprise et cherchez des moyens d’automatiser les tâches que vous ne souhaitez pas effectuer. Bientôt, cela fera de vous un conseiller en transformation technologique – et votre travail aura un avenir immense.

Soyez visible, humain et précieux

Selon une étude récente de McKinsey, les activités professionnelles les moins susceptibles d’être automatisées sont celles qui consistent à interagir avec les parties prenantes, à appliquer des compétences et à gérer les autres.

Définissez comme objectif de devenir précieux pour un large éventail de personnes dans l’entreprise. Les professionnels de l’informatique doivent devenir indispensables. Une personne qui connaît très bien les processus de la société, qui jouit de la confiance et du soutien de nombreuses composantes de l’entreprise et qui peut naviguer dans un paysage technologique complexe et en évolution, est inestimable.

Si vous gérez des personnes, recherchez des opportunités de formation en leadership qui font évoluer vos compétences, allant du simple suivi des tâches et des délais (automatisables) à la mise en place de la culture et des processus pouvant aider votre équipe à réussir.

Une chose qui ne va pas disparaître : le travail d’équipe. Les développeurs et les experts des opérations continueront à collaborer pour créer des applications extrêmement complexes répondant aux besoins du marché. Les gestionnaires de projet capables de guider de manière cohérente des projets complexes comportant de nombreuses pièces en mouvement – dont des parties prenantes – jusqu’à la ligne d’arrivée dans les délais et dans les limites du budget seront toujours très prisés.

Les meilleurs emplois en informatique iront aux personnes qui apprennent à collaborer avec les gens et avec la technologie. Les humains sont toujours plus aptes à négocier des contrats de niveau de service et des budgets de projets et, plus important encore, à réfléchir à de grandes idées qui changent le visage des entreprises. Les machines se chargent des tâches administratives répétitives, libérant ainsi votre temps pour ce que vous faites de mieux. Les nouvelles stars de l’informatique seront les rares personnes sachant parler les deux langues, réunissant ainsi l’homme, la technologie et l’IA pour une collaboration plus forte et des résultats encore meilleurs.

Quoiqu’il en soit, ne laissez pas les nuages assombrir vos espoirs et osez développer vos compétences !

 

Notice méthodologique

  • La conversion des métiers d'O*NET aux métiers de la Classification Nationale des Professions (CNP) a été possible via leur commune conversion à International Standard Classification of Occupations (ISCO).
  • Certains métiers de la CNP ont été jumelés lorsque nécessaire. Par exemple, les gestionnaires des systèmes informatiques et les directeurs d'entreprises de télécommunications ont le même code sur O*NET alors qu'ils sont représentés par deux codes différents dans la CNP.
  • Les données retenues doivent avoir pu être converti à un équivalent CNP.
  • Les données sont issues d'un sondage dont le questionnaire est librement accessible.
  • Visualisation : Crédits à Nadieh Bremer pour sa version améliorée du graphique initialement conçu par Alvaro Graves. Adapté et modifié par Aubert Sigouin-Lebel.

Partager cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email