Qu’a-t-on à gagner avec la désignation « open source » ?

Avec les organisations commerciales et gouvernementales qui utilisent de plus en plus de logiciels open source (code source ouvert), il devient de plus en plus évident que ce type de logiciel possède des avantages intéressants pour les entreprises, au-delà du faible prix du logiciel. Besoin d’exemples ? C’est parti !

La sécurité : deux paradigmes, un verdict

La récente découverte de défectuosités dans le noyau Android illustre parfaitement la position du créateur de Linux, Linus Torvals, connue sous la « loi de Linus » : avec assez de paires de yeux, aucun bug n’est profond. Cela signifie que plus il y a de personnes qui peuvent voir, tester et jouer avec un ensemble de codes, plus il est probable que les défauts soient détectés et corrigés rapidement. C’est le contraire théorique de l’argument de la « sécurité par l’obscurité », souvent utilisé pour justifier l’utilisation de produits propriétaires.

La réalité : personne ne conçoit à partir de rien

Prenons l’intelligence artificielle (IA). Les créateurs de solutions d’IA conçoivent rarement seuls leur technologie : le plus souvent, ils utiliseront, assembleront et modifieront des cadriciels et bibliothèques créées par d’autres, tels que TensorflowKerasScikit-learnTheano et PyTorch. Il est alors indispensable de réfléchir sur la question de la titularité des droits de propriété intellectuelle sur chacun de ces éléments : d’abord pour s’assurer de la légitimité de leur utilisation, et ensuite pour organiser ses droits sur l’IA in fine.

D’une manière générale, ne pas partir de zéro constitue une économie phénoménale de temps et d’énergie. On évite de dupliquer des efforts inutilement. C’est qu’en développant, on rencontre souvent des problèmes. Des géants comme Facebook et Google ont déjà rencontré ces problèmes et investi des sommes considérables pour y faire face. En utilisant des outils open source de ces compagnies pour partir notre développement plutôt que de partir à 0, on évite de passer par les mêmes obstacles qu’ils ont connus, et on peut mettre plus de ressources ou d’énergie sur la valeur ajoutée de notre service comme l’expérience client.

Le coût du cycle de vie

L’utilisation de logiciels open source permet de réduire le coût du cycle de vie par rapport aux alternatives propriétaires et à sources fermées. L’adoption de ce type de logiciels a généralement un coût initial inférieur (car le logiciel est souvent gratuit ou relativement peu coûteux) et privilégie les dépenses d’investissement sur les dépenses d’exploitation.

Attirer les talents

On n’en parlera jamais assez : le Québec est présentement en situation de pénurie de main-d’œuvre, ce qui consacre l’importance capitale d’attirer les talents. D’une manière générale, nous pouvons convenir que les talents n’aiment pas travailler sur des problèmes déjà  résolus. Les boîtes noires sont rarement souhaitées : au contraire, c’est davantage lorsque les talents verront et estimeront ce que vous produisez qu’ils démontreront un intérêt. De plus, les entreprises qui contribuent fortement à un projet open source sont toujours vues comme des meneurs. Associer son nom à un outil populaire et libre est l’une des manières les plus puissantes de se construire une image de marque favorable et instituer un sentiment de fierté. Du point de vue du chercheur d’emploi, il s’agit d’une des manières de se faire connaître.

Un code plus robuste

Les ensembles de codes développés selon la désignation open source tendent à être modulaires et moins orientés vers une fin précise, contrairement à un logiciel propriétaire où le output est ce qui compte le plus. De cette manière, il est plus facile d’appliquer et de réutiliser ces ensembles de codes pour un autre projet. La possibilité d’utiliser du code dans des scénarios et des contextes différents sans rencontrer d’erreurs est la définition de la robustesse d’un code, et à ce niveau, les logiciels de type open source ont une longueur d’avance. Un des influenceurs importants de chez GitHub Ben Balter insiste sur le fait que, même dans une philosophie propriétaire, le code interne d’une organisation devrait prétendre à être publié à code source ouvert.

Il y a de nombreuses raisons pour utiliser, publier, collaborer et soutenir les logiciels avec une désignation open source, et si la vôtre n’est pas répertoriée ici, nous l’entendre (et l’ajouter). Sentez-vous libre de partager votre opinion dans les commentaires !

Curieux de l’état de la main-d’œuvre en logiciel libre ?  N’hésitez pas à consulter notre Profil (gratuit) de main-d’œuvre en logiciel libre au Québec en 2017 !

Questions et réponses avec Nicolas Duperré

Vous êtes préoccupés par les approches Agile et DevOps comme beaucoup d’autres dirigeants TI? Développer de nouveaux projets fait partie de votre quotidien? Ce qui suit pourrait grandement vous intéresser.

Lire plus »
ordinateur quantique

L’informatique quantique pour les nuls

On entend beaucoup parler d’intelligence artificielle, mais un sujet commence à émerger de plus en plus : l’informatique quantique. S’il est assez intuitif que les ordinateurs quantiques pourraient surpasser les ordinateurs traditionnels, il est un peut-être un peu moins évident d’élaborer sur la question.

Lire plus »

Professionnels TI : Comment tirer profit de l’automatisation de vos tâches ?

Le marché du travail change et l’automatisation a la belle part dans ce contexte. Bien que tout le monde s’accorde sur la part grandissante de l’automatisation, notre perception est teintée tantôt d’optimisme, tantôt de crainte. Le minimum qu’on puisse dire est que le progrès permis par l’automatisation bouleverse les rôles que nous assumons dans nos métiers. 

Lire plus »

Partager cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email